Juliette Grange

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, décembre 28 2020

Conférence publique, TedX Tours 2020, 21 octobre 2020, grand Théâtre de Tours

Intervention dans le cadre de TdeX Tours 2020, le 2& octobre au Grand Théâtre sur le thème de la vérité. Avec Fabien Boutard, animateur et organisateur.

Pourquoi est-il important de continuer à chercher la différence entre la vérité et l'erreur, la vérité et le mensonge ? Au-delà de l'éthique, c'est de nos libertés individuelles et collectives qu'il s'agit. A l'heure des fake news et des “vérités alternatives”, la recherche de la vérité est plus que jamais un devoir sociétal et politique.
Présentation de la manifestation : Edition 2020

Revoir l'intervention de Juliette Grange : Juliette Grange

jeudi, novembre 5 2020

Conférences 2020 : L'illibéralisme néoconservateur, Séminaire Le libéralisme dans tous ses états, ICD/IRJI, Université de Tours, 28 septembre 2020

De Donald Trump à Bolsonaro, d’Orban à “Droit et Justice” (Pologne), au cœur des démocraties et par les urnes s’est fait jour depuis vingt ans une contestation du libéralisme et de la démocratie. Mais de quoi parle-t-on ?
On convoquera quelques philosophes français du XIXe siècle (Tocqueville, Constant), les théoriciens anglo-saxons jusqu’à John Rawls, pour préciser ce qui sépare libéralisme, néolibéralisme ou ordolibéralisme (Michel Foucault), républicanisme, communautarisme. Ceci pour mieux approcher les contestations néoconservatrices (illibérales) contemporaines du libéralisme.

Affiche_illiberalisme.jpg

mercredi, septembre 23 2020

Tribune Mediapart Le Blog, Le vicomte, Jeanne d'arc et le Président,

La réouverture anticipée du Puy-du-Fou a attiré l'attention sur la surprenante complicité entre Philippe de Villiers et Emmanuel Macron. Plus qu'une convergence personnelle, il s'agit du résultat de l'entrisme des néoconservateurs au plus haut niveau de l'État. Le spectacle kitch du Puy-du Fou popularise une version néoconservatrice de l'histoire de France.

Lien vers la page Blog Médiapart : Blogs.mediapart

dimanche, juillet 5 2020

Parutions 2020 : Expostion de la doctrine de Saint-Simon (Extraits), introductions par J. Grange et P. Musso, Préface de V.Peillon, Le Bord de l'Eau, Juillet 2020

Saint-Simon n'avait donné aucun exposé achevé de sa doctrine, les disciples qu'il laisse derrière lui se sont attachés après sa mort en 1825 à construire une pensée pleinement articulée. Les idées qui étaint les siennes ont donc été transformées au cours des quelques dix années de propagande intense en direction des milieux politiques, scientifiques et industriels.
Ils eurent l'idée d'organiser des conférences publiques dont le contenu fut une œuvre collective. L'ouvrage que nous publions se présente comme une transcription très retravaillée des dix-sept leçons tenues durant ces conférences de l'école saint-simonienne entre 1828 et 1929, puis entre 1830 et 1831. Il s'agit là du texte majeur du socialisme dit "utopique".
Cet ouvrage semble particulièrement utile pour l'intelligence du socialisme, et du socialisme français en particulier.
Il éclaire aussi la genèse de la pensée de Marx. Cette œuvre a en effet prolongé son existence de façon souterraine dans la théorie marxiste promise au destin historique que l’on sait. Le résumé de la sixième conférence parle de lui-même quand on garde en tête le début du Manifeste communiste : « L'homme a jusqu'ici exploité l'homme. Maîtres, esclaves; patriciens, plébéiens; seigneurs, serfs; propriétaires, fermiers; oisifs et travailleurs, voilà l'histoire progressive de l'humanité jusqu'à nos jours; Association universelle, voilà notre avenir ; à chacun suivant sa capacité, à chaque capacité suivant ses œuvres, voilà le droit nouveau, qui remplace celui de la conquête et de la naissance ; l'homme n'exploite plus l'homme ; mais l'homme associé à l'homme, exploite le monde livré à sa puissance ».
C'est donc à une redécouverte de “la Bible du socialisme” que le lecteur est invité.

Voir le flyer

Couverture_Exposition.png

samedi, juin 6 2020

Interview Magazine Causette : "Un monde sans ville est-il possible ?, Mai 2020.

Dans le numéro de Mai du magazine Causette, la journaliste Alizée Vincent pose la question et interroge géographes, urbanistes, philosophes pour éclairer les réponses passées et présentes à la question. Une interrogation stimulante !

Voir l'article : Causette

- page 1 de 31

Accueil

Edito

Néo-conservatisme On a assez fréquemment analysé les mouvements d’extrême droite populistes et traditionnalistes et leur reviviscence récente en France et partout en Europe, mais un mouvement puissant, étranger à l’histoire politique européenne, s’est fait jour depuis la fin des années 1990. Il s’agit d’un néo conservatisme “à la française”, qui a d’abord eu une expression savante et discrète dans le champ intellectuel en sciences humaines et sociales, en philosophie et particulièrement en philosophie des sciences. Dans la réalité institutionnelle, dans la structuration des équipes de recherche, l’attribution des crédits, des postes et des bourses ou allocations de recherche, les financements des publications et des doctorats, un certain nombre de groupes, agissant dans les instances publiques les plus prestigieuses et largement soutenues par des fondations installées à l’étranger, a transformé profondément et façonné idéologiquement quelques champs disciplinaires, dans des disciplines de taille modeste, comme la philosophie, mais à haute valeur symbolique. Cette mainmise, dont le cœur concerne les réformes des systèmes d’enseignement et de recherche, s’attaque aux fondements républicains et laïques de nos sociétés politiques.
Cette attaque peut être analysée en trois strates :
Premièrement, une stratégie de conquête des institutions universitaires et de recherche. L’objectif étant de prendre en main, à petit bruit, un certain nombre d’institutions de formation et de recherche dans des domaines clés où il importe de former les futures élites et décideurs : l’éthique médicale, la philosophie des sciences sont des secteurs particulièrement touchés, mais on a vu apparaître et prospérer une "philosophie de LA religion" (laquelle ?).
Deuxièmement, former l’opinion par exemple en imposant des thèmes dans la grande presse de vulgarisation (Sciences et vie, Le Monde des religions, …) autour de sujets comme Dieu, la quête de sens, les nouvelles sciences, etc. Diffuser un argumentaire anti moderne sur le Net et tenter également d’imposer cet argumentaire dans les médias, voire dans des productions grand public. Il s’agit alors en s’appuyant rhétoriquement sur l’existence d’une production savante (par exemple en philosophie morale) d’en répandre une version populaire dans le corps social à partir de blogs, de revues, de groupes militants. Persuader nos décideurs politiques qu’affirmer publiquement qu’il y a des racines chrétiennes à l’Europe, ou des lois divines supérieures aux lois humaines et permettant de les contester, peut leur attirer un succès électoral.
Troisième strate, donner une expression politique à ce supposé “mouvement social spontané” en étendant les mots d’ordre anti laïques, à la fois ultra conservateurs et ultra libéraux. Des mouvements comme La Manif pour Tous ou le Printemps français témoignent de cette émergence. Sur le mode du Tea Party américain, il s’agit autant de peser sur la vie politique en général que sur la Droite républicaine et de la prendre en otage. Il s’agit de faire imposer par l’État des mots d’ordre fondamentalistes, anti laïques et anti étatistes (paradoxal, mais efficace et dans la lignée de certains courants d’extrême droite – voir l’Espagne et le rôle de l’Opus Dei au sein du P.P.).
Il faut donc d’abord comprendre d’où vient ce néo conservatisme et comment il s’est structuré, en particulier aux États-Unis.
Le néo-conservatisme “à la française” conserve les traits de cette origine, il veut inspirer les politiques gouvernementales, tout en ayant un sens différent du fait de l’histoire institutionnelle française, mais son modus operandi est, sur de nombreux points, semblable. Il vise bien, comme son inspirateur américain, une prise de pouvoir intellectuelle avec l’objectif d’une révolution culturelle et sociale. Néanmoins, son sens politique est un peu différent, du fait entre autres de l’histoire de l’Église catholique et de son rôle, en France et dans les pays latins en particulier. Comme son homologue d’outre-Atlantique, il s’oppose rhétoriquement au constructivisme “artificialiste” moderne, tout en étant lui-même une construction volontaire extrêmement offensive et polémique. Il présente de forts traits de parenté avec ce à quoi il prétend s’opposer (le marxisme, l’étatisme, le modernisme). Contrairement aux apparences, il vise la prise de pouvoir, non le débat d’idées ou la polémique intellectuelle.
Il nous paraît important de l’identifier et en particulier de délimiter nettement conservatisme et néo-conservatisme, libéralisme et néo-libéralisme. Le néo-conservatisme est étranger au conservatisme usuel et également au populisme réactionnaire et nationaliste des partis d’extrême droite. Ce conservatisme new look se présente en effet lui-même comme une rupture novatrice et non comme une continuité. Il se dit dynamique et producteur de transformations à venir. Yves Roucaute, qui est l’un de ses théoriciens en français, le décrit comme « une philosophie joyeuse qui retrouve le sens de l’histoire ».