Juliette Grange

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, juillet 2 2019

Conférences 2019 : Les rendez-vous philosophiques d'Orléans-Tours, Médiathèque d'Orléans, 30 avril 2019

Mon chien est-il un Dieu ? Réflexions sur les animaux domestiques et la religiosité, du néolithique à Auguste Comte

A contrario du dualisme corps/esprit ou animal/homme hérité du mépris chrétien pour l’animalité corporelle, certains philosophes, du XVIIIe siècle à nos jours, ont tenté de définir autrement l’animal. Cette conférence précisera d’abord, grâce à l’histoire et à l’anthropologie, le statut de l’animal dans le cadre du totémisme puis celui de la pratique de l’élevage propre à l’humanité depuis le néolithique, avant de s’attacher aux animaux de compagnie et particulièrement à l’un d’entre eux, le chien. Celui-ci est l’objet d’attachement et de mépris, supposé impropre à la consommation en Occident, il est aujourd’hui l’objet d’un culte privé.

Doit-on voir dans la figure du chien le signe d’une misère sociale et affective, ou l’indice d’une transformation de la définition de l’humain ? Une pratique sociale, la sépulture animale, sera interrogée en particulier à propos de la création mondiale du premier cimetière pour chiens dans la région parisienne, à Asnières, en 1899, sur la base d’idéaux féministes et de la doctrine philosophique d’Auguste Comte (philosophe par ailleurs auteur d’une réflexion sur la sécularisation des pratiques religieuses sacrificielles dans les abattoirs). Que signifie l’invention d’une nécropole zoologique ? Témoigne-t-elle d’un nouveau statut de l’animal ? Auguste Comte qualifie de "quasi humain" le chien, qu’il proclame roi des animaux en remplacement de la figure hiérarchique du lion. Que penser d’une telle proposition ?

Une philosophe contemporaine, Donna Haraway, dans le ​Manifeste des espèces de compagnie,​ prolonge cette célébration du chien et définit l’inter-spécificité comme l’aboutissement du féminisme et de l’utopie d’une communauté de vie entre l’humanité et ses frères inférieurs, utopie déjà exprimée au XIXe siècle (Pierre Leroux, Jules Michelet, Auguste Comte).

Voir le programme : Animal programme définitif

Conférences 2019 : Association de philosophie, Saint-Etienne, 5 mars 2019

L'Association de philosophie reçoit Juliette GRANGE à propos de son livre L’IDÉE DE RÉPUBLIQUE, Agora-Pocket (réédition 2018).

Cet ouvrage fait le point sur l'idée républicaine telle qu'elle s'est exprimée et incarnée du XVIIIe au XXe siècle. Il met à la portée d'un lecteur non spécialiste les références philosophiques sur la question, permet de s'interroger sur la séparation des pouvoirs, la présidentialisation du régime, la représentation démocratique. Avec la distance de la réflexion, l'ouvrage traverse toutes les thématiques contemporaines, l'individualisme, le socialisme, le rapport entre économie et politique. Si ce livre veut amener à réfléchir plutôt que proposer un programme ou des solutions, il s'inscrit en faux contre la mise au pilori de l'idéal républicain au nom du réalisme économique. Et en propose la traduction dans le monde d'aujourd'hui : une république européenne et une définition de l'environnement comme bien public.
Juliette GRANGE est philosophe, professeur des universités à l’Université François-Rabelais de Tours. Spécialiste de la pensée française du XIXe s., elle a publié notamment : La philosophie d’Auguste Comte (P.U.F, 1996), Auguste Comte. La politique et la science (Odile Jacob, 2000), Balzac. L’argent, la presse, les anges (Circé, 2008), Pour une philosophie de l’écologie (Agora Pocket, 2012), Les néo-conservateurs (Agora Pocket, 2017). Elle a également co-dirigé l’édition des œuvres complètes de Saint-Simon (PUF, 2012).

La rencontre sera animée par Annie Léchenet, ancienne maîtresse de conférence en philosophie à l’Université de Lyon I-ESPE et membre du Laboratoire Triangle (CNRS)

jeudi, janvier 3 2019

Grand Talk TV Tours, 13 décembre 2018

Y aura-til un avant et un après Gilets jaunes ?

TV_Tours.png Revoir l'émission : Le grand talk

mardi, janvier 1 2019

Conférences 2018 : Débat organisé par l'association MAP, "En vert et contre tout", Université d'Orléans, 20 novembre 2018

Comment intégrer l'écologie dans les programmes politiques, au niveau local comme international, comment en faire un axe de développement des entreprises et de l'économie ? Des questions urgentes qui doivent être débattues par les citoyens, les acteurs politiques, la presse, les chefs d'entreprise, les scientifiques. Et en commençant par les futurs décideurs, les étudiants actuels.
L'association MAP de l'Université d'Orléans a donc organisé une rencontre-débat entre acteurs, décideurs, penseurs et étudiants. Une occasion d'échanges enrichissants et de croisement des différents points de vue, un exercice civique indispensable et rafraîchissant !

Voir la page de présentation : MAP Université d'Orléans

dimanche, décembre 30 2018

Conférences 2018 : Les nuits des philosophes, 9 et 10 novembre 2018, Rabat et Casablanca, Institut français du Maroc.

Deux soirées prolongées de dialogues entre philosophes, de débats, d'échanges et de discussions, en français et en arabe. Mais aussi des rencontres avec des lycéens, des questionnements entre générations et pays différents. Une expérience intéressante et riche.

Conférence sur l'argent dans le cadre de la soirée "Affects, politique et économie".
"L’argent, immatériel, circule. Il est le support de tous les échanges, un convertisseur universel. Moyen (Aristote), il est devenu une fin (Marx), multiplié dans la chrématistique et la spéculation capitalistique. Quelle est l’essence de cet “outil pur et indifférent” (Simmel), de ce Dieu vivant de la spéculation mondiale, éblouissante fiction qui circule sans trêve ? Cette conférence mêlera ressources philosophiques, littéraires et religieuses."
Discussion avec Driss Khrouz, de l'Université de Rabat.

Feuilleter le programme des nuits : les nuits des philosophes

- page 2 de 29 -