Juliette Grange

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Conférences

Fil des billets

mardi, janvier 1 2019

Conférences 2018 : Débat organisé par l'association MAP, "En vert et contre tout", Université d'Orléans, 20 novembre 2018

Comment intégrer l'écologie dans les programmes politiques, au niveau local comme international, comment en faire un axe de développement des entreprises et de l'économie ? Des questions urgentes qui doivent être débattues par les citoyens, les acteurs politiques, la presse, les chefs d'entreprise, les scientifiques. Et en commençant par les futurs décideurs, les étudiants actuels.
L'association MAP de l'Université d'Orléans a donc organisé une rencontre-débat entre acteurs, décideurs, penseurs et étudiants. Une occasion d'échanges enrichissants et de croisement des différents points de vue, un exercice civique indispensable et rafraîchissant !

Voir la page de présentation : MAP Université d'Orléans

dimanche, décembre 30 2018

Conférences 2018 : Les nuits des philosophes, 9 et 10 novembre 2018, Rabat et Casablanca, Institut français du Maroc.

Deux soirées prolongées de dialogues entre philosophes, de débats, d'échanges et de discussions, en français et en arabe. Mais aussi des rencontres avec des lycéens, des questionnements entre générations et pays différents. Une expérience intéressante et riche.

Conférence sur l'argent dans le cadre de la soirée "Affects, politique et économie".
"L’argent, immatériel, circule. Il est le support de tous les échanges, un convertisseur universel. Moyen (Aristote), il est devenu une fin (Marx), multiplié dans la chrématistique et la spéculation capitalistique. Quelle est l’essence de cet “outil pur et indifférent” (Simmel), de ce Dieu vivant de la spéculation mondiale, éblouissante fiction qui circule sans trêve ? Cette conférence mêlera ressources philosophiques, littéraires et religieuses."
Discussion avec Driss Khrouz, de l'Université de Rabat.

Feuilleter le programme des nuits : les nuits des philosophes

mardi, avril 17 2018

Conférences 2018 : Les Voix d'Orléans, vendredi 6 avril et samedi 7 avril 2018

Les voix d'Orléans étaient consacrées cette année à l'idée de progrès.

Voix_d__Orleans_programme.jpg

Le vendredi 6 avril à 17h, le débat s'est engagé avec Thierry Dudok de Wit, Physicien, professeur à l'Université d'Orléans, et Clément Ahouannou, Maître de conférences, Directeur adjoint de l'École polytechnique de Cotonou, spécialiste des énergies renouvelables. Le progrès condamne-t-il la planète ou la sauvera-t-il ? Pierre-Edouard Deldique, journaliste à RFI a animé les échanges.

Voix_d__Orleans_1.jpg

Le samedi 7 avril, à 12h, exposé, échanges et débats avec le public autour de philosophie et progrès.
Voix_d__Orleans_2.jpg

mercredi, avril 4 2018

Conférences 2018 : Les Néoconservateurs, présentation et discussion avec le public, 30 mars 2018, Librairie Thuard, Le Mans

Rencontre avec les lecteurs de la librairie Thuard à l'invitation de l'association Chrétiens en marche 72. Avec la participation du bureau et des bénévoles de l'association et de l'équipe de la librairie.
Flyers_Juliette_GRANGE.jpg

mardi, février 20 2018

Conférences 2018 : Les origines américaines du néoconservatisme et les modalités de transposition à l'Europe et à la France, Colloque "Americanis/zation", 8 février 2018, Université de Tours

Les origines américaines du néoconservatisme et les modalités de transposition à l'Europe et à la France
La communication se propose d'exposer les racines américaines du néoconservatisme, à la fois dans le domaine politique et dans le champ religieux, de mettre en évidence les générations successives qui firent évoluer ce mouvement d'idée et de montrer par quels moyens il a pénétré l'Europe et la France dans le cadre d'une "guerre culturelle" passant par une prise de pouvoir intellectuelle sur le débat d'idées.

Lien vers la video : Conférence J. Grange

mardi, octobre 24 2017

Conférences 2017 : Le néoconservatisme, 6 décembre 2017, Université de Valparaiso

Le néoconservatisme
Qu'est ce que le néoconservatisme ? Une construction politique originale qui mêle le néolibéralisme économique et le retour à des valeurs religieuses traditionnelles et même traditionalistes. L'État est considéré comme l'outil d'imposition de l'un et l'autre et doit lui-même se plier à une logique de gestion et d'action qui est celle de l'entreprise. Ce courant politique est désormais présent dans les deux Amériques et en Europe occidentale. La conférence se propose donc d'explorer les bases théoriques et les origines américaines du néoconservatisme.

Affiche_neoconservatisme.jpg

Conférences 2017 : Auguste Comte, Science, politique, religion, 4 décembre 2017, Université de Valparaiso

Auguste Comte, Science, politique, religion
La conférence se donne pour but de présenter la cohérence de la philosophie positive construite par Auguste Comte. Philosophie de l'histoire, elle constitue un des grands systèmes philosophiques du XIXe siècle, équivalent français de l'œuvre d'Hegel outre-Rhin. Sa spécificité tient particulièrement dans le rôle que Comte fait tenir aux sciences dont à la fois il établit une classification (de la plus abstraite à la plus humaine, la science de l'homme ou sociologie, terme qu'il invente) et met en avant le rôle social qui est le leur. En sort non seulement un monde fondé sur une nouvelle conception de la vérité, mais aussi une opinion publique et une spiritualité nouvelle. Le positivisme n'est donc pas un froid scientisme, mais au contraire une conception morale et religieuse de l'Humanité.

Affiche_Comte.jpg

Conférences 2017 : L'idée républicaine aujourd'hui, IEA de Nantes, 24 octobre 2017

L'idée républicaine aujourd'hui

La conférence se donne pour objectif de répondre à cette question : Pourquoi parler aujourd’hui du républicanisme français ?
En premier lieu pour ôter ce concept de l’usage idéologique qu’en fait la droite extrême en France.
En deuxième lieu pour questionner le modèle politique français mis en cause actuellement dans les pratiques politiques mais aussi par historiens et philosophes.
Troisièmement pour comparer républicanisme français (peu théorisé depuis les travaux de Claude Nicolet) et républicanistes anglo-saxons, seule philosophie du républicanisme actuellement développée en France dans la vie académique.

On examinera successivement les questions et problèmes suivants : qu’est-ce que représenter ? Peuple et République ; la séparation des pouvoirs, la dépersonnalisation ; l'autonomie du sujet, la liberté de l'individu en philosophie politique contemporaine.

Site de l'IEA : Conférences de l'IEA

vendredi, juin 30 2017

Série de conférences à l'Université Nihon - Tokyo - Mai-Juin 2017

Professeur invité à l'Université Nihon de Tokyo pour une série de trois conférences devant les étudiants de droit et sciences sociales.

  • Qu'est-ce que l'homme ? Philosophie et sociologie chez Auguste Comte
  • Saint-Simon, entre libéralisme et socialisme
  • La laïcité, une idée française ?


Nihon.jpg

mardi, mars 28 2017

Conférences 2017 : Qu'est-ce que l'identité culturelle ? Rencontres philosophiques d'Orléans-Tours, Médiathèque d'Orléans, 25 mars 2017

Qu'est-ce que l'identité culturelle ?
La philosophie politique contemporaine, en particulier par la diffusion et la discussion des thèses dites communautaristes, tend essentiellement à proposer de passer d’une perspective universaliste à la reconnaissance politique des cultures et traditions vécues (c’est ce qu’on appelle le multiculturalisme). L’essentiel de la polémique porte, dans une dimension plus morale que politique sur le statut et la dé nition du sujet humain : tient-il son identité, à l’origine, d’un enracinement dans une culture particulière, ou bien est-il libre, autonome du fait de son lien à la raison et à l’universel ?

Programme des rencontres ce jour-là : Journee_du_27_mars_Orleans.pdf

Conférences 2017 : “Que veut dire être républicain en France au milieu du XIXe siècle ?” ANR Saint-simonisme 18-21, Bibliothèque de l'Arsenal, 3 mars 2017

“Que veut dire être républicain en France au milieu du XIXe siècle ?”
La communication tentera de faire le tour de l'acception “républicain” autour de 1848. Qui revendique la République ? De quelle(s) république(s) s'agit-il ? On mettra en évidence la complexité du concept dans cette période mouvante et riche, déterminante pour l'histoire des idées politiques en France autant que pour les pratiques institutionnelles.

Site de la séance d'étude : Programme de la séance du 3 mars

jeudi, février 9 2017

Conférences 2016 : "Économie, Républicains et républicanistes", Journée d’étude Gouvernement mixte, républicanisme et économie politique, Laboratoires GATE LSE/HiSoMa, Université de Saint-Étienne, 14 décembre 2016.

Économie politique, Républicains et républicanistes
La communication reviendra sur l'efficacité du cadre républicain pour penser et mettre en œuvre une organisation économique qui vise le Bien commun (la Res publica). La république est la mise en droit de principes issus de la révolte contre un ordre social trop inégalitaire. Elle s'est instituée contre l'Ancien Régime politique. Mais les républicains ont aussi peu à peu intégré au cours du XIXe siècle les dimensions sociales et économiques. S'est ainsi dessinée une construction républicaine de la pensée économique qui tente de concilier les principes politiques (liberté, égalité, fraternité) et des contraintes antagonistes nées de l'activité économique (profits/salaires, emploi/rentabilité, etc.). Un cadre qui reste donc d'actualité en ce début de XXIe siècle où les problèmes évoqués s'imposent à nouveau.

Conférences 2016 : "L’écologie politique, une définition républicaine", UTL Tours, 16 novembre 2016.

L'écologie politique et la république
L'écologie s'est imposée dans le champ politique depuis quelques décennies maintenant. Mais ses propositions variées sont-elles intégrées dans un cadre de pensée bien défini ? Venus souvent de la gauche extrême, des militants dénoncent l'État et son action, d'autres courants proposent une régulation libérale par le marché. Des penseurs limitent son champ à celui de la morale et de l'éthique environnementale. Il s'agira dans la conférence de montrer les limites de ces conceptions et d'affirmer que le cadre républicain reste efficace pour prendre les nouvelles Bastilles que sont les acteurs politiques et économiques intéressés à poursuivre leurs bénéfices au détriment de l'environnement commun et de la justice environnementale.

Conférences 2016 : "Saint-Simon pour le XXIe siècle", JECO (Journées de l’économie) à Lyon, 9 novembre 2016.

Saint-Simon pour le XXIe siècle
Dans le cadre des Journées de l'économie de Lyon, il s'agit d'exposer comment la pensée d'Henri de Saint-Simon propose des concepts utiles pour les économistes et les politiques de notre temps. En effet, si les propositions précises de Saint-Simon sont très datées du début du XIXe et si elles ont pu le faire classer dans les socialistes utopiques, les concepts qu'il introduit sont toujours féconds. Ainsi de celui d'organisation qu'il fait passer des sciences biologiques aux sciences de l'homme et de la société. Or, l'organisation est bien au cœur à la fois de l'économie et de la politique. Il est donc intéressant de questionner ce genre de transfert de concept et de revenir à leurs sources pour en saisir toutes les implications.

Conférences 2016 : "La philosophie des sciences d’Auguste Comte", Université du Québec à Trois-Rivières, 20 octobre 2016.

La philosophie des sciences d'Auguste Comte
La conférence présente l'organisation générale de la philosophie des sciences de Comte. Celle-ci, dans la lignée de Saint-Simon, renouvelle la conception de la science en général et divise celle-ci en sciences au pluriel. Les sciences selon Comte sont organisées de la plus générale et abstraite - les mathématiques - à la plus directement sociale - la science de l'homme qu'il appellera sociologie.
Au-delà de cette classification, c'est toute la démarche scientifique et ses implications dans les sociétés - les conceptions scientifiques pèsent sur les croyances et l'organisation sociale - qui sont remises à plat par Comte. Une conception qui garde encore sa force d'interprétation au XXIe siècle.

vendredi, mai 27 2016

Conférences 2016 : "Les théories de la démocratie chez Claude Lefort", Rendez-vous philosophiques d'Orléans, 27-30 avril 2016.

Les théories de la démocratie chez Claude Lefort
Pour Claude Lefort, les totalitarismes du XXe siècle ont émergé du cœur des démocraties les plus avancées. Pourquoi ? L’invention de la liberté (la démocratie moderne) comporte une grande fragilité qui est aussi sa richesse. La vie démocratique serait un équilibre instable entre la nécessaire présence d’une autorité institutionnelle stable (l’autorité centrale centripète) et la vie inventive de la critique et de la novation sociale (centrifuge, la contestation). Un équilibre entre horizontalité dispersive de l’égalité et autorité centralisatrice (républicaine). Cet équilibre protège de la domination totalitaire tout autant que de la violente dispersion anarchique. L’humanité tend à l’obéissance, à la servitude volontaire, à la reconnaissance de l’autorité hiérarchique. La modernité est l’espérance en une forme d’amitié fraternelle, d’égalité horizontale, de sociabilité servant de contrepoids à la servitude volontaire.
Au travers de cette présentation de certaines thèses de Claude Lefort, on traversera de manière assez personnelle les problématiques du républicanisme, de l’autorité, de l’acceptation de la domination, de l’anarchie et du totalitarisme.
Programme des journées : Programme
Présentation des conférenciers et résumés des communications : PRESENTATION

mardi, mars 22 2016

Conférences 2016 : "Comte et les utopies mariales", journées d'étude du CESOR, Maison d'Auguste Comte, 21 et 22 janvier 2015.

La communication porte sur la figure de Marie dans l'imaginaire politique du XIXe siècle et sur l'utilisation qu'en ont faite aussi bien les Républicains (avec parfois d'évidentes parentés entre Marianne et Marie que Cl. Nicolet a explorées) que les utopistes, et en particulier Auguste Comte, dont la déesse Humanité reprend très largement les caractéristiques de l'iconographie mariale chrétienne. Cet exposé prend place dans une réflexion menée par le CESOR sur les formes religieuses du XIXe siècle et tout particulièrement sur les recompositions religieuses autour d'Henri Saint-Simon et d'Auguste Comte.

Voir le programme des journées : Reconfigurations_religieuses.pdf

mercredi, janvier 20 2016

Conférences 2015 : "Saint-Simon, sociologie et socialisme", Hitosubashi University, Graduate School of Social Sciences, 14 octobre 2015.

L__affiche_de_Saint-Simon_-_copie.jpg

mercredi, octobre 7 2015

Conférences 2015 : L'invention scientifique: à la fois intellectuelle et technique. Pertinence de la philosophie des sciences de Bachelard, Cerisy, Colloque sur l'Innovation, septembre 2015

Les sciences, créatrices, produisent ce que Bachelard nomme des inventions phénoméno-techniques. Cette inventivité permanente qui fait de l'homme une "espèce mutante" est présente dans la novation technologique et intellectuelle de toute avancée scientifique. Culture et philosophie restent en arrière, étrangère à cette inventivité. On s'attardera dans cette communication: 1) à définir dans quel héritage philosophique se situe la philosophie bachelardienne du "4e état" (celui qui produit des noumènes dans l'expérience), 2) à caractériser l'originalité de la proposition (non comtienne, non cartésienne, non kantienne, anti bergsonienne, étrangère à la philosophie analytique, etc.) 3) à en penser les limites et à examiner son lien avec un état des techniques et des sciences dans l'entre-deux guerres en Europe.
Bachelard philosophe des sciences est oublié dans le débat contemporain sur les tech-nosciences. Ce philosophe anti-naturaliste, anti-réaliste, matérialiste et rationaliste en un sens très particulier fournit pourtant un ensemble de notions très vivement éclairantes et utiles pour structurer le débat actuel. Alors que la communauté philosophique est plutôt occupée à puiser chez Simondon, ou dans les social sciences studies (Bruno Latour en particulier) ses cadres de réflexion, Bachelard fournit un bouquet d’idées stimulantes. A travers lui, on souhaite redonner vie à l’École française d’épistémologie, qui, de Comte à Foucault, a produit une tradition critique favorable aux sciences et technophile (contrairement à l’École allemande, de Heidegger à Habermas).

Voir le programme : Imaginaire, industrie, innovation

samedi, mai 30 2015

Conférences 2015 : "La double utilisation de la théorie du complot par la rhétorique néo-conservatrice", colloque "Faux complots : le vrai mensonge", Verviers, 25 avril 2015

La double utilisation de la théorie du complot par la rhétorique néoconservatrice. Les néoconservateurs désignent leurs détracteurs (par exemple ceux qui pensent que l'Opus Dei recrute et tente de convertir de jeunes étudiants sans attaches en utilisant des pratiques sectaires) comme aveuglés par le conspirationnisme. Ces esprits faibles seraient des personnes en proie à des fantasmes et incapables d'accepter le message chrétien.
Ce qui n'empêche pas qu'en parallèle les mêmes groupes tentent de dénoncer une "christianophobie" ou une imposition occulte des "théories du genre", comme un complot d'intellectuels extrémistes. Ils créent ainsi rhétoriquement un adversaire supposé, dénoncent les médias, les chercheurs, les politiques comme participant de cette conspiration. Le deuxième usage est plus classique. Les néoconservateurs font le même geste que beaucoup de groupes ou mouvements anti-progressistes ou anti-modernes, qui, depuis la Révolution française, désignent ainsi un adversaire supposé.

Voir le programme : Faux complots : vrai mensonge, Verviers.pdf

- page 1 de 3