Juliette Grange

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Conférences

Fil des billets

lundi, octobre 5 2009

Conférences 2013 : "Saint-Simonisme, socialisme et république". Journée d'étude Ange Guépin, Pontivy, 25 mai 2013.

Saint-Simonisme, socialisme et république dans le parcours intellectuel d'Ange Guépin
La communication s'attachera à montrer l'évolution mais surtout la juxtaposition, dans la pensée d'un acteur essentiel de la politique régionale de l'Ouest de la France, d'éléments venus de ses premières expériences dans le milieu saint-simonien, qui l'engagent vers l'action concrète - changer le monde par l'administration des choses, d'éléments plus politiques qui le lieront aux grands républicains du XIXe siècle - et feront de lui à deux reprises un commissaire de la République, et d'un engagement total au service de la justice sociale qui marque son appartenance au courant socialiste français.
Traversant le siècle, il est le représentant d'un courant mal connu du saint-simonisme, républicain justement, dont H. Carnot serait le modèle le plus connu. Ange Guépin a porté à travers le XIXe siècle les idéaux du progrès par l'instruction, de la laïcisation de l'espace public, le tout sans se départir d'une spiritualité transformée, d'un "esprit du socialisme" dont Quinet serait l'autre illustration contemporaine, mais qui traverse encore l'œuvre de Jaurès.

Programme de la journée : Pontivy-25_Mai-Ange_Guepin.pdf

Conférences 2013 : Participation aux Lundis du Grand Palais, 25 février 2013. "Se sentir français : ça veut dire quoi ?"

Le thème de ce lundi : Se sentir français : ça veut dire quoi ? sera discuté en compagnie de Pascal Blanchard, historien, auteur d’ouvrages en lien avec la colonisation et l’immigration, Evelyne Ribert, sociologue et chargée de recherches au CNRS, auteur de Liberté, égalité, carte d’identité. Les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale (La Découverte, 2006), et Christian Roudault, journaliste, auteur de France, je t’aime, je te quitte : ce que les Français de l’étranger nous disent (Fayard, 2010). Juliette Grange, en tant qu'auteur de L'Idée de République et co-directrice du n° spécial de la revue Cités sur la laïcité, apportera le point vue du républicanisme universaliste en même temps que la réflexion philosophique sur l'identité et la citoyenneté.

Conférences 2013 : Journée d'étude "Le faux au XIXe siècle", SERD, Paris, 18 janvier 2013

« Le faux comme moment du vrai. L'historicité de la connaissance chez Auguste Comte »
Le propos expliquera comment, pour le fondateur du positivisme, le faux est un moment essentiel de l'établissement de la connaissance, notamment dans l'histoire des sciences. L'humanité progresse par ses erreurs, ses errements, et leur correction permanente. Le faux n'est donc pas en soi condamnable, il montre au contraire la relativité des connaissances avec laquelle nous devons nous habituer à vivre.
Programme de la journée : SERD Journée d'étude

Conférences 2013 : Colloque Sciences co-responsables - ENS Lyon - 7 janvier 2013

Le col­lo­que s’ouvre sur les ques­tions posées par « L’appel pour une gou­ver­nance mon­diale soli­daire et res­pon­sa­ble ».
L’Appel, lancé par le Collegium International le 6 mars 2012 (parmi les signa­tai­res, Edgar Morin, Michel Rocard, Stéphane Hessel, Mireille Delmas-Marty, Peter Sloterdijk, Richard von Weizsächer), et veut rendre notre monde plus soli­daire et res­pon­sa­ble.
Une co-res­pon­sa­bi­lité donc dans cette « poly­crise » ren­fer­mant des phé­no­mè­nes for­te­ment inter­connec­tés. Ce col­lo­que est en outre orga­nisé dans un contexte de réflexion glo­bale sur les ques­tions de res­pon­sa­bi­lité, dans dif­fé­rents réseaux pro­fes­sion­nels et dans divers contex­tes géo­gra­phi­ques comme en témoi­gne, par exem­ple, le pro­gramme « Ethique et res­pon­sa­bi­lité » porté par la fon­da­tion Charles Leopold Mayer.
Site du colloque : http://sciences-coresponsables.ens-...

Conférence 2012 : La dette et la distance. Institut Gœthe, 10-12 décembre 2012.

G.Anders/Heidegger versus Marx/Hegel : le renversement de la philosophie

Programme : colloque-dette-distance-programme-14-10-2012_1350482324180-pdf.pdf

Conférences 2012 : Professeur invité (guest lecturer) au département de Sciences politiques de l'Université de Sao Paulo (Brésil) du 6 au 18 août 2012.

Du 7 au 17 août est proposé aux étudiants un cycle de séminaires autour des thématiques suivantes : démocratie et république, la justice environnementale, qu'est-ce qu'une politique écologique ?.
Le 16 août aura lieu une conférence plénière devant le département de Sciences politiques.

Programme des conférences du département : PDF_Programacao_de_Seminarios_Ciencia_Politica_2-2012.pdf

Conférences 2012 : “De la philosophie à l’action politique. Les références à Rousseau et à Auguste Comte dans le kémalisme.”, Colloque Rousseau et la Turquie, Istanbul, 2-5 mai 2011

Lors d’une précédente conférence (“Rousseau et les nationalismes, de Garibaldi à Mustapha Kemal”, Nice, janvier 2011, colloque Rousseau et la Méditerranée, actes sous presses), j’ai abordé la question de l’influence des penseurs français sur les hommes d’action au moment de la naissance des nationalités. Cette conférence est la première étape d’un travail plus général à venir sur les nations, les collectivités imaginaires modernes, le rôle de l’art et de la culture et des références philosophiques dans la constitution des nationalités au XIXe siècle.
Dans le cadre du colloque Rousseau et la Turquie, nous souhaiterions approfondir l’examen des références que fait Kemal à Rousseau. Du point de vue de l’histoire de la philosophie, on focalisera aussi la lecture sur l’usage (souvent conjoint) que fait Kemal à la fois de Rousseau, Montesquieu et Auguste Comte. On le comparera à d’autres usages similaires (Mazzini, Mazarick, Rhigas, …). Outre l’exemplaire annoté du Contrat social, il existe des témoignages indirects de la lecture des penseurs français par Mustapha Kemal, on tentera d’en initier un inventaire.

Programme multilingue : Colloque-R-programme-3vollets-son-valide.pdf

Interview : http://soundcloud.com/epingle-a-nou...

Colloque “Les socialismes”, direction Juliette Grange et Pierre Musso, Cerisy-la-Salle, 27 juin-4 juillet 2011

Le mot socialisme a été utilisé pour la première fois au dix-neuvième siècle. Il définit un projet d'organisation de la société, une critique des formes de domination et une pensée du changement social. Le socialisme est la volonté de créer une société nouvelle, mais à la différence du communisme, sans articuler cette société autour de la suppression de la propriété privée. Ce concept a connu un immense succès; une très grande diversité de penseurs et de courants politiques s'en réclamera. C’est pourquoi il faut parler des socialismes au pluriel, tant les acceptions et les interprétations sont elles-mêmes plurielles, voire hétérogènes. "Les socialismes" désignent ainsi, prioritairement, les corps de doctrines critiques du capitalisme développant des formes d'organisation sociale nouvelles fondées sur la justice, l’égalité et la solidarité.

Ce colloque n’abordera, ni les socialismes "réalisés", ni les politiques socialistes, et n’observera qu’incidemment les mouvements sociaux ou politiques réformistes ou révolutionnaires, se réclamant du "socialisme". Il traitera uniquement des doctrines (philosophiques, sociologiques, politiques), des auteurs ou des écoles ayant produit un corpus de textes, et les confrontera avec d’autres problématiques de transformation de la société. Il fera le point sur les apports doctrinaux dans leur diversité théorique et géopolitique ainsi que sur les tentatives de réévaluer ou de redéfinir les doctrines socialistes. Il se demandera, entre autres, comment, depuis 1989, avec la chute du Mur de Berlin, l’idée socialiste est revisitée, reprise par certains ou abandonnée par d’autres.
Programme du colloque : lien vers le Centre culturel de Cerisy-la-Salle http://www.ccic-cerisy.asso.fr/soci...

Conférences 2011 : “Socialisme et républicanisme”, Colloque de Cerisy, “Les Socialismes”, 29 juin 2011

On tentera de définir l’esprit du socialisme tel qu’il s’exprime en France au XIXe et au début du XXe siècle, dans cette tradition intellectuelle et politique qui va de C-H de Saint-Simon et Pierre Leroux jusqu’à Quinet et Jaurès. S’agit-il "d’améliorer le sort de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre" dans une forme sécularisée du message chrétien (Saint-Simon, Nouveau Christianisme, Auguste Comte, religion de l’Humanité), ou de la proposition d’une religion civile comme morale sociale, un "esprit nouveau" (Quinet), une espérance terrestre non sans dimension spirituelle? On précisera ce qui caractérise ce courant mal identifié, synthétisant plusieurs apports philosophiques (néo-kantien, positivisme comtien): un spiritualisme laïque, une synergie entre collectivité politique solidaire et autonomie des personnes, entre individualisme et solidarité, entre institutions politiques et société, un lien fort aux sciences humaines. Alors que nous sommes aujourd’hui sommés de rendre "positive" la laïcité ou bien de choisir entre anomie et communautarisme, cet esprit est essentiel pour vivifier la belle idée socialiste.

Conférences 2011 : "Science et croyance dans l'ère post-industrielle", 9 juin 2011, Colloque Ethnotechnologie prospective - Apprendre, Cerisy, 9-16 juin.

La communication cherchera à montrer le nouveau statut de la vérité scientifique dans un environnement médiatique et social transformé par les TICE et manipulable facilement par des groupes de pression. Ce nouvel environnement provoque la confusion entre vérité scientifique, toujours mise en doute par méthodologie, et croyances. Dans ce cadre, la science est reléguée au statut de croyance parmi d'autres, elle ressort donc de l'appréciation personnelle ; on peut être dans ce contexte "pour" ou "contre" tel ou tel état de la recherche : réchauffement climatique, dangerosité de substances chimiques, évolution, ... Cette confusion générale n'est pas sans conséquences graves sur l'avenir de la recherche scientifique et les vocations des futurs chercheurs. On réfléchira également aux contenus et aux méthodes des enseignements des sciences dans les cycles primaire et secondaire.

Conférences 2011 : "Au-delà d'Hannah Arendt, d'autres lectures philosophiques du cas Eichmann." Colloque international les 7,8 et 9 juin 2011, Paris.

Le procès Eichmann Réceptions, médiations, postérités Colloque international les 7,8 et 9 juin 2011, Auditorium de l’INHA, 2, rue Vivienne 75002 Paris
Le procès Eichmann fut pour la philosophie un tournant théorique. Or les textes les plus connus (Eichmann à Jérusalem d'Hannah Arendt), nombre d'autres textes, théorisèrent le tournant du procès ou bien le fait qu'Eichmann ait évoqué l'impératif catégorique de Kant. On tentera dans cette communication de passer en revue l'ensemble des textes philosophiques qui font précisément référence au procès d'Eichmann, entre autres au Nous, fils d'Eichmann, de G. Anders. On fera la synthèse des différentes lignées philosophiques, on analysera le silence assourdissant des philosophes de langue française, la position de l'École de Francfort et on dressera un état des débats (Butler, D'Eichmann à Goldston, sur le jugement et l'obligation, Agamben, Le Songe d'Eichmann d'Onfray, etc.). Au-delà des polémiques trop contextualisées, on fera le point sur cet apport théorique et paradoxal qui vint en contrepoint du procès, en évitant les généralités sur la Shoah.

Programme du colloque : Programme_Eichmann.pdf

Conférences 2011 : "Rousseau et l’émergence des nationalismes en Italie, Turquie et Grèce", Colloque Rousseau et la Méditerranée, Université de Nice-Sophia Antipolis, 20-22 janvier 2011

La conférence cherchait à peser l'influence des idées de Jean-Jacques Rousseau dans les différents mouvements de renaissance nationaliste de la Méditerranée au XIXe siècle et au début du XXe. La Grèce, l'Italie et ses nombreux courants républicains, la Turquie du mouvement des Jeunes Turcs et surtout de Mustapha Kemal montrent des recours plus ou moins explicites au corpus politique de Rousseau et une attention souvent précise des principaux leaders à ses écrits.

Conférences 2010 : "Auguste Comte, les peuples colonisés, l'abolition de l'esclavage", Fondation Gabriel Péri, 5 juin 2010.

Le fondateur du positivisme avait posé en principe la supériorité de la civilisation européenne, chargée d'ouvrir la voie du progrès à l'humanité. Qu'en est-il de son attitude face aux débuts de la colonisation, et, parallèlement à son concept d'altruisme, de son approche de l'esclavage ? La communication tentera de faire le point sur les doctrines comtiennes sur ces questions, quitte à en révéler les éventuelles contradictions. Il s'agira aussi de replacer cette pensée dans sa logique propre et dans son siècle pour éviter les jugements moraux a posteriori.
Samedi 5 juin à partir de 14h. 30, Fondation Gabriel Péri, 11 rue Étienne Marcel, Pantin.

Conférences 2010 : "La notion d'altruisme, une base conceptuelle de l'humanisme comtien", Colloque sur l'Empathie, Université de la Réunion, 28-29 mai 2010.

"Auguste Comte invente en 1854 le néologisme d'altruisme qui désigne l'amour pour autrui (en opposition à l'égoïsme). Il en fera la valeur cardinale de sa philosophie morale et politique.
Prolongeant la conseption classique de la sociabilité naturelle (Aristote), Comte tente de trouver une base physiologique à l'altruisme (dans le cadre de la localisation cérébrale inspirée par Gall).
Etudier comment le philosophe fondateur de la sociologie a constitué le dévouement désintéressé, l'empathie et l'altruisme comme base de son humanisme (la religion de l'humanité comme religion séculière) a un intérêt en soi.
Mais cette notion très inactuelle (elle est étrangère à l'utilitarisme, au libéralisme économique) peut être mise en perspective avec la sympathie (Smith), la pitié (Rousseau), mais aussi avec l'imitation empathique des philosophes des foules. Au travers de la comparaison des doctrines et l'histoire des notions aux XVIIIe et XIXe siècles, on visera à engager une réflexion anthropologique, éthique et politique plus contemporaine. Élaborée à partir d'une réflexion sur des textes philosophiques d'Auguste Comte, cette communication, résolument inter-disciplinaire, tentera une réflexion sur l'emploi de certains concepts (sympathie, empathie, pitié, altruisme) en sciences humaines."
Programme du colloque : http://www.anthropologieenligne.com...

Conférences 2010 : "Le concept de laïcité chez Edgar Quinet. Pour un spiritualisme républicain", Maison d'Auguste Comte, 7 avril 2010.

Dans cette conférence, on présentera la conception originale du concept de laïcité chez Edgar Quinet. Celui-ci développe dans L'Esprit nouveau l'idée d'un spiritualisme laïque fondé sur les notions de justice et de solidarité et base du républicanisme, éloigné à la fois du laïcisme irreligieux et de la référence à une Révélation.
Il sera fait également mention de l'ouvrage de Quinet La République, récemment réédité aux éditions Le Bord de l'eau avec une introduction de la conférencière.
Entrée libre.
GROUPE D'ETUDES ET DE RECHERCHES EPISTEMOLOGIQUES, Maison d'Auguste Comte, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris, 1er étage gauche, de 14h à 16h.

Organisatrice : Angèle Kremer-Marietti

Conférences 2010 : Politique de la Nature. Rousseau, un philosophe pour l'écologie politique ? Le 6 février à Montmorency, dans le séminaire J-J Rousseau de l'Université de Paris IV.

Politique de la Nature. Rousseau, un philosophe pour l'écologie politique ?
La conférence cherchera dans l'œuvre de Rousseau quelques unes des bases pour repenser le rapport de l'homme et de la société à la nature. On questionnera à la fois l'auteur de philosophie politique (LesDiscours, le Contrat) et celui des Rêveries pour essayer de construire avec lui une philosophie contemporaine de la nature ou de l'environnement. Au passage aussi, on cherchera les limites d'une telle pensée.
Programme complet du séminaire sur l'année 2009-2010 : Equipe_J-J_Rouseau___seminaire_2009-2010.pdf

dimanche, octobre 5 2008

Conférences 2010 : "Religion civile, religion séculière, nouvelles spiritualités de Rousseau aux contemporains", Metz, 19 janvier 2010.

Conférence dans le cadre du séminaire "Société et religion" du master de philosophie de l'Université de Metz.
Programme complet du séminaire : programme_2009-2010_societe_et_religion.pdf

Conférences 2009 : "La religion de l'Humanité est-elle une religion séculière ?", Congrès de la Société des Études romantiques, 27 novembre 2009.

« La religion de l'Humanité d'Auguste Comte est-elle une religion séculière ? Comment comprendre ses aspects les plus originaux : le nouveau Dieu est une déesse, l'Humanité, ce Dieu est relatif… On pourra tenter une comparaison avec Le Nouveau Christianisme de Saint-Simon et d'autres expressions du christianisme social romantique. On peut mêler dans cette communication l'analyse du contenu des doctrines de Saint-Simon et d'Auguste Comte à une réflexion plus générale sur le parti qui est le leur d'élaborer leurs propositions à partir d'une réflexion sur ce qu'est la religion en général pour les sociétés et les cultures. La religion comme objet d'un savoir (la création de la discipline histoire des religions) et la nouvelle religion comme dogme et comme pratique sociale sont pensées ensemble. »
Programme complet : Congres2009.pdf

Conférences 2009 : "Aimer la littérature, des Aveux du roman à Un Cœur intelligent, un parcours en hommage à M.-F. Rouart", Nancy, 26 novembre 2009.

Programme complet de la journée : Journee_du_26_novembre_2009.pdf

Conférences 2009 : "L'autonomie du sujet, la liberté de l'individu", Colloque de Tozeur (Tunisie), 19-22 novembre 2009.

L'autonomie du sujet, la liberté de l'individu.
On opposera dans cette conférence républicanisme et démocratie de masse, autonomie et libre arbitre, raison et émotion, l'homo œconomicus et le citoyen. C'est-à-dire deux conceptions modernes du sujet.
On s'efforcera de montrer que ces différenciations conceptuelles imposent l'idée d'une forme publique de liberté (liberté qui n'est pas naturellement donnée à l'individu) : une liberté républicaine.
Hobbes et Kant, Smith et Hume, les républicanistes américains et les républicains français seront commentés et parfois critiqués, de même que les théoriciens français actuel de la démocratie (Rancière,..).
Programme complet : Programme_Tozeur.pdf

- page 2 de 3 -