La double utilisation de la théorie du complot par la rhétorique néoconservatrice. Les néoconservateurs désignent leurs détracteurs (par exemple ceux qui pensent que l'Opus Dei recrute et tente de convertir de jeunes étudiants sans attaches en utilisant des pratiques sectaires) comme aveuglés par le conspirationnisme. Ces esprits faibles seraient des personnes en proie à des fantasmes et incapables d'accepter le message chrétien.
Ce qui n'empêche pas qu'en parallèle les mêmes groupes tentent de dénoncer une "christianophobie" ou une imposition occulte des "théories du genre", comme un complot d'intellectuels extrémistes. Ils créent ainsi rhétoriquement un adversaire supposé, dénoncent les médias, les chercheurs, les politiques comme participant de cette conspiration. Le deuxième usage est plus classique. Les néoconservateurs font le même geste que beaucoup de groupes ou mouvements anti-progressistes ou anti-modernes, qui, depuis la Révolution française, désignent ainsi un adversaire supposé.

Voir le programme : Faux complots : vrai mensonge, Verviers.pdf